Nos poilus dans la grande guerre. Jacques MAURIT

Publié le par Gérard

Poilus1

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Avec cet ouvrage, Jacques Maurit met à profit le centenaire de la déclaration de la Guerre de 1914-1918 pour rendre un hommage à nos « Poilus ».

Plutôt que de revenir sur la « grande Histoire » déjà traitée abondamment (et souvent avec pertinence) par de nombreux autres historiens, l'auteur s'est une nouvelle fois intéressé à « l'histoire de ceux qui n'ont pas d'Histoire ». En l'occurrence, celle des soldats de chez nous, et plus spécialement de trois communes, voisines les unes des autres, entre marais littoral et Bocage vendéens. Il s'intéresse ainsi plus particulièrement à ceux auxquels la guerre a pris la vie, qui n'en était encore qu'à sa jeunesse, et dont nos monuments aux morts perpétuent le souvenir.

A défaut de pouvoir reconstituer l'histoire individuelle de chacun de nos soldats de la Grande Guerre, cet ouvrage a voulu redonner une parcelle de leur existence, par exemple à travers des correspondances et quelques unes des innombrables cartes postales qui les accompagnaient.

Ce travail s'intéresse aussi, largement, à l'identité et au « profil » de nos Morts pour la France. Qui étaient-ils ?, d'où venaient-ils ? (pas forcément de la commune qui les honore de nos jours !), comment et où ont-ils trouvé la mort ? (pas seulement sur le champ de bataille...), à quel âge ? (pas obligatoirement à vingt ans, loin de là...), combien y ont laissé la vie ?...

Enfin, un dernier aspect spécifique est développé, en prolongation à cet hommage à nos jeunes héros : quelle postérité, du moins patronymique, en reste-t-il encore de nos jours ? Question peut-être subsidiaire et sûrement un peu risquée (en raison des limites des sources utilisées), mais qui n'en méritait pas moins d'être explorée.

 

N° ISBN : 978-2-9518825-2-2 (EAN : 9782951882522)

4ème trimestre 2013

Vous adresser à l'épicerie de LA JONCHERE 02.51.30.87.02

Publié dans La Jonchère

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article